Sensibilisation d’élèves aux requérants d’asile

«Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé.»

Albert Einstein

 

Mandatés par l’association multiculturelle Bel Horizon mieux vivre ensemble de La Chaux-de-Fonds, nous organisons des séances de sensibilisation sur les réfugiés dans le milieu scolaire et les maisons de jeunes, depuis l’année scolaire 2015-2016. Nous visons en général un public qui a, au minimum, 12 ans.

Lors de la première année, nous ne disposions que de 45 minutes ce qui nous contraignait à une rapidité difficile à gérer. Cette année, nous bénéficions d’une heure et demi ce qui se révèle tout à fait adapté.

Après nous être présentés, nous informons les élèves du déroulement de la séance. Nous leur demandons d’écrire sur un bout de papier leur définition du mot « réfugié ». Nous leur projetons un court-métrage d’Amaël Domon, Le Chemin de Fer et découvrons leurs définitions diverses et variées pendant ce temps. A la fin du film, nous leur demandons ce qu’ils ont ressenti autant sur le fond que sur la forme. Nous leur expliquons la différence entre un migrant et un réfugié.

Le quizz « Il y a ce qu’on dit sur les réfugiés. Et il y a la réalité. » nous permet une animation très vivante et participative. Leurs réponses aux questions nous confortent dans l’idée qu’il est bon de lutter contre les préjugés dès cet âge.

Pour leur faire comprendre la difficulté à déterminer précisément un âge pour savoir si un requérant est mineur ou majeur, nous leur demandons de deviner les nôtres. Les écarts se révèlent énormes et ils sont stupéfiés lorsque nous leur donnons nos âges.

Pour leur faire entrevoir la difficulté à prouver sa nationalité, nous demandons un ou une volontaire de nationalité suisse. Nous lui posons 6 questions recueillies lors d’une formation du CSP et interrogeons ensuite les autres élèves et à la maîtresse :

  • Quel est le Président de la Confédération Helvétique ?
  • Quelle est l’équipe de football championne de la Coupe de Suisse ?
  • Quel est le plus haut sommet de Suisse ?
  • Quel est le personnage représenté sur les billets de 10 francs ?
  • Quelle est la date de la dernière votation fédérale ?
  • Quel est le plat national suisse ?

Depuis le début de nos interventions, nous n’avons jamais trouvé un seul élève ou une maîtresse qui répondait correctement à plus de trois questions et pouvait donc prouver sa nationalité suisse.

Nous abordons la procédure de Dublin, les violations des droits fondamentaux et des droits de l’enfant, les différents permis et les renvois des requérants déboutés.

Nous leur offrons une seconde projection : Bon voyage de F.Friedli. Nous recueillons leurs impressions.

Nous décrivons le travail des nombreuses associations qui aident les réfugiés. Nous leur relatons plusieurs témoignages de requérants d’asile dont nous connaissons le parcours et la réalité de la situation.

Pour clore cette intervention sur une note d’espoir responsable, nous leur contons l’histoire amérindienne du colibri.

Vince et moi-même prenons beaucoup de plaisir à ces animations qui reçoivent un bon accueil de la part des élèves et des réactions enthousiastes de la part des professeurs. Nous sommes persuadés que nos informations combattent les préjugés hérités des médias ou du monde des adultes. Nous tentons de faire acte de prévention avant qu’il ne soit trop tard et que les jeunes soient formatés par des discours mensongers.

Thierry FAUX