Crédit bernois pour les mineurs non accompagnés: c’est non!

Par 54,3% de non, les Bernois ont refusé ce dimanche un crédit de 105 millions de francs dans le domaine de l’asile, crédit consacré pour l’essentiel à l’accueil de mineurs non accompagnés. Le Gouvernement et le Grand Conseil soutenaient ce crédit, mais à la suite d’un référendum lancé par des milieux proches de l’UDC, le peuple s’est prononcé négativement. La participation s’est élevée à 39,5%.

L’issue du scrutin constitue un revers pour le Conseil-exécutif et le Grand Conseil. Les autorités estimaient que le bien-être des enfants qui arrivent en Suisse sans leurs parents était prioritaire et qu’il fallait leur offrir une prise en charge particulière.

Mais les arguments financiers avancés par le comité référendaire ont convaincu une majorité de citoyens. Emmené par l’UDC, ce comité estimait que le canton de Berne n’avait pas à «offrir délibérément des solutions luxueuses». S’agissant des RMNA, il a affirmé qu’il ne s’agissait en majorité pas d’enfants, mais de jeunes adultes.

Fer de lance des opposants, l’UDC a souligné durant la campagne qu’il fallait trouver une autre solution qui ne «pèse pas sur les contribuables». Pour ce parti, la charge financière assumée par le canton de Berne dans le secteur de l’asile est déjà plus élevée qu’ailleurs.

Le canton de Berne n’aura à l’avenir plus assez d’argent à disposition pour le domaine de l’asile. Il ne sera ainsi plus possible d’assurer un encadrement et un hébergement des mineurs qui respectent la protection de l’enfance. Les RMNA devront donc être transférés dans des structures d’accueil ordinaire.

Au cours des dernières années, le nombre de mineurs arrivés sans parents en Suisse pour y déposer une demande d’asile a augmenté. D’autres cantons que celui de Berne ne parviennent pas non plus à couvrir leurs frais à l’aide des forfaits. Ils négocient pour cette raison une hausse des contributions fédérales pour les RMNA.

La Confédération est consciente du problème. Ainsi un projet pilote débutera le 11 juillet pour un essai d’une année à Bâle, Losone (TI) et Zurich. Berne veut s’assurer que les requérants d’asile mineurs non accompagnés sont correctement logés et pris en charge.

Le projet prévoit que des éducateurs sociaux s’occupent des requérants mineurs non accompagnés et leur proposent une structure journalière adaptée à leur âge. Il est aussi envisagé de les loger séparément des demandeurs d’asile adultes. Par ce projet, la Confédération veut tester les standards, les évaluer et le cas échéant les adapter. (ats/24H)